La rose noire

poème d'amour 60:La rose noire
J’ai souvent eu froid.
Aspiré par le temps, longtemps laissé dans l’effroi.

Dévoré par des nuits d’amertume,
Le célibat fut ma seule coutume.
Une habitude dont il est dur de se défaire,
Un mal brut mais nécessaire.

Une nuit sans fin,
Une aube enfin.

A l’éveil au matin, je n’ai vu ni méchants ni gentils.
Juste deux âmes venues partager une parcelle de leur vie.

Sans bassesses ni promesses,
D’ivresses en paresses,
Comme désir,
Comme sourire.

Un clin d’œil, il suffit,
Une rencontre, une folie.

Ils saisirent le temps,
Lui donnèrent forme une nuit durant.

Je vous parle d’un Prince,
Je vous parle d’une Princesse.
Une sorte de conte de fée moderne.
Un genre d’histoire qui nous concerne.

La princesse cachait un trésor,
Visible, je vous jure, sans effort.
Le soleil en plein jour,
Caressait l’émeraude de ses yeux sans détours.

Il régnait sur le royaume,
Le parfum d’une rose noire.
Elle imprégnait sur ses paumes,
Ses coussins, cette odeur chaque soir.

On le dit inspiré,
Il n’y a qu’une seule vérité.
D’une respiration non prudente,
Il la trouvait inspirante.

J’abandonne cette paranoïa,

Ultime forme d’un inconnu destructeur.
Être sur de ne pas faire d’erreur,
Et surtout ne pas en avoir peur.

Il est temps d’arroser cette fleur,
D’autres choses que de tes larmes.
Lui donner l’éclat de nos cœurs,
Une symbiose de tous tes charmes.

Enregistrer un commentaire

Top poèmes d'amour

poème d'amour

dinora camelia