Les écouteurs aux oreilles, mes yeux fixement devant la vitre du bus où je me suis embarqué, je contemple le paysage.
A fond sont les décibels, les décibels de ma musique favorite que j’ai téléchargée pour harmoniser mes voyages.
Ma vue éblouie par le soleil, je parviens tout de même à distinguer un homme près de l’allée. Le bus freine au virage.
A présent...
il doit s’arrêter.
Le feu est passé au rouge.
Je profite pour observer
les alentours.
Je vois...
l’homme de l’allée qui s’isole dans la pénombre d’un arbre aux fleurs fanées.
Un inconnu le salue. L’homme fuit son regard. Il sombre dans ses pensées.
L’ombre où il s’était assis s’éclaircit. Il court pour se réfugier dans l’obscurité.
Il semble attiré par les ténèbres. Il semble craindre le jour et sa clarté.
Feu vert, le bus redémarre.
Tout ce que j’ai réussi à voir
dans le visage de cet homme,
c’est son expression noire et morne.
A chaque paysage : une beauté
perçue avec ambiguïté.
Dans chaque paysage, je ressens
des sentiments tout à fait différents.
Ma musique toujours branchée, je continue de pencher mon intention sur l’horizon où je vois des maisons. Mais je n’y jette qu’un coup d’œil.
Le bus roule avec rapidité. Un groupe de petits écoliers nombreux traverse le passage pour piéton. Le bus s’arrête en douceur.
A présent...
Les écoliers sont sur le trottoir bondé.
Sur celui qui ne l’est pas, qui se situe de l’autre côté,
je vois...
une bonne femme se défaire des étreintes de son compagnon qui la retient.
Elle le repousse violemment. Elle se retourne et se rend sur un autre chemin.
Mais son compagnon la rattrape de derrière. Elle est sous l’emprise de ses mains.
Elle semble effrayée par les mots que lui murmure à l’oreille son conjoint.
Pas le temps d’en voir plus !
De nouveau, le bus circule.
Je ne vois plus cette femme.
Avait-elle des problèmes ?
Dans certains paysages : une scène
qui se passe d’une façon soudaine.
Dans certains paysages : notre vision
peut être témoin d’une agression.
“Terminus, descendez du bus !” ordonne le chauffeur.
Les passagers sous son ordre sortent un à un.
Moi, je pense encore à ce que j’ai vu il y a une heure,
à cette femme sous le contrôle de son conjoint.
Cette image où elle se défend de son agresseur
passe en boucle dans ma tête comme un rêve sans fin.
Devant mes yeux, éclosent de ravissantes fleurs.
Elles sont plantées dans ce jardin public. Oh divin !
Divin est ce paysage qui s’offre à moi. Quel bonheur !
Cette vue m’extasie. J’en oublie ce dont j’étais témoin.
Le pouvoir des paysages poème image

Enregistrer un commentaire

Top poèmes

poème d'amour

{picture#http://4.bp.blogspot.com/-NYexIQ3EQGI/V6aZ3ioZmrI/AAAAAAAADcM/UNAND_T0DtgFxmy_4yX82SfT3OdU8ysgQCK4B/s1600/Po%25C3%25A8me-d-amou-SMS.jpg} SMS d'amour poème est le site de poésie facile et agréable pour tous, s'amusent et souhaitent partager de bons moments avec votre partenaire. Vous avez la possibilité de créer votre poèmes, ajouter des articles et photos, faites de belles rencontre et partageant les mêmes passions et envies. {facebook#https://www.facebook.com/SMSdamourpoeme} {twitter#https://twitter.com/poeme_amour_sms} {google#https://plus.google.com/+po%C3%A8medamouramour} {pinterest#https://www.pinterest.com/source/sms-d-amour-poeme.com/} {youtube#https://www.youtube.com/channel/UCwfrJ1rQgOHa8cdJS4FcbXQ} {instagram#https://www.instagram.com/poeme_amour_sms/}

dinora camelia

{picture#https://lh3.googleusercontent.com/q1XXCT9jMq6egGBb6bFJCGk9qiEcOdmGsSw63x-NAL3jWNnuoJIU9bFAc6PVuPhhzGI-3UdL7w=w1920-h1080-rw-no} Camelia DINORA, est née en 1989 à Paris, France. Autodidacte, sa passion pour la poésie romantique est née essentiellement de son amour pour la langue française.. {facebook#https://www.facebook.com/camelia.dinora} {twitter#https://twitter.com/poeme_amour_sms} {google#https://plus.google.com/+dinoracamelia} {pinterest#https://www.pinterest.com/source/sms-d-amour-poeme.com/} {youtube#https://www.youtube.com/channel/UCwfrJ1rQgOHa8cdJS4FcbXQ} {instagram#https://www.instagram.com/poeme_amour_sms/}