Poème d'amour triste mon fils je t'aime

Mon fils je t'aime

Très beau poème!!! qu'est ce que la mort, tu te sent prendre par des bras chaleureux!!!!qui t'emmène vers une lumière, combien de temps reste tu devant personne ne le sait!!!! Tu ne pense pas, Mais tu entend quelquefois !!!un ou deux sons!!!! est ce long!!!! e taise un ange, ou un parent qui seulement voulais te voir, Quand tu rouvre les yeux tu n'as plus peur , tu crois en Quoi? Mais tu regarde Le monde d'une autre façon, tu admire les oiseaux, on les écoute plus qu’avant, tous est plus beau!!! ton esprit reste ici mais que d'imagination, on aime plus!!!!et nous parlerons d'amour

Est-ce cela la mort ? Dis-moi ???

La mort, est-ce tendre moment, où tu n'es plus
Mais où je te sens là, en douceur, près de moi ?
Ou cet instant béni où le soleil, et la lune repus
Nous retiennent, nous ramènent dans les bois ?
***
La mort est-ce toi qui tristement, tends ta main ?
Je sens tes doigts caressant ma paume ouverte ...
Nous arpentons, les sentiers fleurant bon le pin
Poème d'amour triste mon fils je t'aime Le ruisseau circule: tu me tends une pâquerette !
***
Vois, fils bien-aimé, toujours, je t'accompagnerai
Tu es là bel ange à moi musiquant de ton amour
Ô fils tu ne peux ignorer à quel point je t'ai aimé
Tu auras été le but final de chacun de mes jours
***
La mort, n'est-ce pas là notre rendez-vous final ?
Et, si mon fils, l'au - delà n'existait pas en vérité ?
Si nos liens se terminaient dans cet instant fatal ?
Comme tous ces hommes partis en disant aimer...
***
Mon enfant tu le sais, je n'ai pas peur de la mort
Je t'ai toujours enseigné qu' elle était survivance
Maintenant je me demande, si je n'ai pas eu tort
J'ai ce mal de toi où je revis la paix de l'enfance :
***
Petit, tu étais si beau, au sortir de l'eau, souriant
Courant vers moi ! Tes cheveux qui dégouttaient
Tu me tends les bras! Ta voix qui crie « maman »
Et voilà c'était notre filiation ! Le "nous" éclosait
***
Tu te jettes dans mes bras: je te soulève de terre
Ce que ce contact est bon! Je te serre contre moi
Je te serre de telle sorte jusqu'en retenir l'univers
Sans étouffer l'amour naissant, en chacun de soi
***
Mon amour j'ai mis là, où tu reposes maintenant
Ces fleurs, que j'ai cueillies, dans notre champs
Je les ai remises en terre, et pour quelque temps
Leur vivacité veillera à refleurir chaque printemps ...
*
MON FILS : JE T'AIME !!!
Articles Similaires romantiques

Insérer un commentaire Masquer